Ce que j’ai envie de dire aux nouveaux

Tout d’abord : BRAVO et BIENVENUE!

Vous avez été acceptés en essai à titre de pompier en probation dans notre organisation.  Vous avez su démontrer des aptitudes aux tests théoriques et par la suite aux tests physiques.  Ceux de vous qui réussissaient ces étapes se présentaient devant un panel d’entrevue qui devait en quelques minutes évaluer si votre profil cadrait à l’intérieur des critères que l’organisation avait établi comme étant nécessaires pour faire partie du groupe. Évidemment, un test médical finalisait le tout, histoire de s’assurer qu’il n’y avait pas d’empêchement de ce côté en lien avec votre nouvel emploi.  Et vous voilà habillés, tous beaux dans vos nouveaux uniformes, nous parlant poliment avec le « vous » en prédominance…  Je suis très heureux pour vous!  Sincèrement, je me rappelle il y a déjà longtemps (plus de 20 ans!) quand  ça m’est arrivé.

KCKFD Graduation Ceremony 007

Mais, il y a un mais…

Vous n’êtes pas engagés officiellement encore!  Vous devez encore réussir votre période de probation de 1 an.  À qui sert cette période de probation?  À la direction du service.  Cette période permettra aux gestionnaires d’évaluer s’ils ne se sont pas trop trompés en vous laissant votre chance!  Mais il n’y a pas que les gestionnaires qui vont vous évaluer, vos officiers et confrères aussi…  En fait dans mon organisation, les gestionnaires n’ont qu’un contact limité avec vous les recrues.  Dans la vie de tous les jours, vous travaillez avec vos confrères pompiers et lieutenants dans les casernes.   Ce sont les officiers de caserne qui inscrivent les observations.  Que vous le vouliez ou non, vous devez vous prouver…  Prouver à tous que pour les 20-25-30 prochaines années, vous êtes la personne sur qui on pourra compter…  Vous devez bâtir votre RÉPUTATION…

Honnêtement, pendant cette période, on ne devrait pas vous retrouver ailleurs que sur le plancher des appareils, dans vos livres ou devant un écran d’ordinateur à visionner de la formation.  En tout cas, pas pendant cette année de probation…  À moins que vous ne soyez le pompier du siècle, maîtrisant dès vos débuts chaque procédure, chaque inventaire de chaque camion, chacune des particularités, opérations et méthodes d’entretien de chaque pièce d’équipement, les subtilités de la détection et mesures, les méthodes de découpe de chaque véhicule en cas de désincarcération,  les opérations et connaissances techniques de chaque véhicule du service que l’on vous confiera…  Vous savez quelles échelles se retrouvent sur quel camion?  Leurs longueurs?  Le fonctionnement de chaque type de lance?  Comment brancher chaque pièce d’équipement électrique?  Comment faire le bon mélange huile-essence pour les outils mécaniques?  Les vérifications à faire sur les embarcations nautiques? Vous êtes encore en mesure de revêtir l’habit intégral en moins de 90 secondes? Évidemment vous savez comment fonctionne l’appareil respiratoire en service?  Vous savez comment remplir tous les formulaires en vigueur au service? Vous vous êtes renseignés sur l’histoire du service?  Son mode de fonctionnement?   Et j’en passe…  Lorsque qu’il vous sera demandé d’aller chercher une scie sur un camion, saurez-vous dans quel coffre elle est située sans ouvrir 6 coffres?  Maîtriser son démarrage? La manipuler?

Et si la prochaine cloche provenait d’une personne qui a besoin d’un sauvetage?  Mais vraiment un SAUVETAGE!  Pas seulement d’une évacuation, mais bel et bien une situation où si elle ne sort pas de sa position dans la prochaine minute, elle ne sera plus parmi nous ou bien si gravement blessée qu’elle ne sera plus jamais la même personne?  Ferez-vous partie de la solution?   Serez-vous la personne sur qui votre collègue pourra compter en cas de problème? Vraiment?  PROUVEZ-LE!

J’ai déjà tout vu ça à l’école…

Que dites-vous?  Vous l’avez appris à l’école?  Mettons une chose au clair, les joueurs des ligues d’élites du sport professionnel font partie de cette élite non pas parce qu’ils ont appris leur sport 1 fois à l’école…  Ils sont là et surtout DEMEURENT dans ces ligues parce qu’ils pratiquent, pratiquent, pratiquent…  Sans arrêt les mêmes jeux, pour que ceux-ci deviennent machinaux… ET POURTANT CE SONT LES MElLLEURS AU MONDE!  Et encore le lendemain ils pratiquent…

Ferez-vous partie des meilleurs?  On ne s’attends pas à votre arrivée que vous connaissiez tout.  J’ai 22 ans de métier, j’ai participé à des milliers d’heures d’interventions de toutes sortes et je ne compte plus les heures de formations.  J’ai pourtant encore l’impression que je n’en connais pas assez dans le métier…  Il y a trop à connaître, chaque intervention est différente et fera appel à vos connaissances, votre calme, votre capacité à vous débrouiller, et surtout l’habileté à vous servir des outils et techniques nécessaires.  On ne s’attend pas à ce que vous soyez le meilleur en débutant mais on s’attend à vous voir proactif, intéressé, curieux, impliqué, en train de lire, regarder des vidéos, entretenir les outils et véhicules, vous voir vous exercer avec ces outils…

Mis à part si l’officier vous dit : « Eille le jeune! C’est beau tu peux prendre un break… », vous devriez être actif dans la caserne…

Dans ce métier chaque joueur a de l’importance.  Qu’il soit une source infinie de connaissances, un travailleur infatigable, un leader incontesté, ou le joueur de soutien…  Ce joueur de soutien est là pour sa fougue, son énergie, sa volonté de faire une différence, le pied « dans l’fond » toujours, pour aider à faire gagner son équipe.  Il doit travailler fort…  TOUS les joueurs ont leur importance dans l’équipe…  Lequel des joueurs précédents êtes-vous?  Vous êtes en probation?  Montrez-nous qui vous êtes…  Au moins faites-nous à croire pendant cette période de probation que vous entrez dans l’une des catégories de joueurs recherchés.  Car si vous ne pouvez nous démontrer ça en probation, qu’est-ce que ce sera une fois bien confortablement protégé par votre confirmation d’emploi?

On vous observe, vous bâtissez votre réputation…  Qu’est-ce que l’on dira de vous lorsque votre nom surgira dans une conversation?

Pour ceux qui comprennent bien l’anglais, je vous laisse sur un discours de bienvenue à des recrues par le Chief Billy Goldfeder.  Retenez-en le plus possible…

La probation est terminée?  Now what?  À suivre dans un prochain article…

 

6 réflexions sur “ Ce que j’ai envie de dire aux nouveaux ”

  1. Un très beau texte qui représente bien la réalité.
    C’est un combat continu avec la nouvelle génération.
    Ils croient tout savoir et que noua leur devons tout.
    J’aime bien cependant le fait que vous soulevez le fait que parfois nous en attendons beaucoup de nos nouveaux. Bien qu’il soient bien motivés, ont ne peu s’attende qu’ils soient autonome dès leur premiers appels. Un apprenti sur la construction passe 5000 heures avant un compagnon avant de pouvoir travailler seul… Intéressé de voir la suite

    1. Merci de ta réponse Pascal. N’oublions pas cependant que les jeunes sont le reflet de l’éducation que nous leur avons donné! Ils sont renseignés et ont accès à beaucoup d’informations. De plus, ils ont grandis avec des parents qui leur expliquait tout, pour qu’ils « comprennent »… Il ne faut pas se surprendre ni s’offusquer qu’aujourd’hui ils soient critiques, veulent comprendre nos décisions et les défient même! Cela force les gestionnaires que nous sommes à être compétents, confiants, à jour dans nos connaissances pour les guider dans le chemin, tout en leur montrant qu’ils ont raison… quelquefois…

  2. Oui c est vrai que cela est le plus beau métier du monde,tous les belles parole que vous avez dit son vrai ,il doit se surpasser ,il doit être prêt à tout éventualité toujours être au devant de ses confrères etc etc…….. Mais une chose essentiel que vous avez oublier de mentionner c’est la vrai VIE que tous les pompiers vives au quotidien avec le service incendie de Montréal que pour ne mentionner que celui là la lenteur de celui ci le mauvais vouloir de certain,les petites guerre interne qui résulte à des échéances constante dans la progression du service…..je ne parle même pas de ce notre employeur de ce qu il nous fait vivre avec des décisions pris pour plaire au politique congédiement ,coupure de salaire ,fond de pension emputer et j en passe ………Bienvenue vous tous mais soyer à la fût car il seront toujours la a vouloir en avoir plus pour mieux vous en enlever ……
    Benoit Rondeau a la casene 5 B-3 29 ans de service.

    1. Salut Benoit.
      Je m’excuse du délai de réponse. J’ai dû prendre un peu de recul avant de répondre. La première chose que j’ai envie de dire, c’est la tristesse que je vie devant tant de ressentiment… En deuxième, c’est le sentiment d’impuissance que j’ai devant ce que plusieurs pompiers vivent au niveau émotionnel dans le métier. Troisièmement c’est le questionnement sur comment faire pour renverser ces émotions négatives. Quatrièmement, c’est comment faire pour ne pas contaminer les nouveaux qui arrivent dans le métier. En fait, je ne sais pas quoi dire tout court… Alors, c’est la fin!? Il n’y a rien à faire car le SSIM et autres gestionnaires des autres services d’incendies n’ont que cet objectif, soit celui d’enlever les acquis des pompiers? On ne devrait pas envoyer personne dans cette job? Je dois dire que dans les services d’incendie, comme dans toutes les organisations, il y a de mauvais gestionnaires… Il y en a des TRÈS mauvais… Mais il y en a des bons… Et il en existe des TRÈS bon… Et mis à part des exceptions, le but de prendre un poste de gestion, ce n’est pas d’enlever des acquis au personnel sous ses ordres… Faut chercher ailleurs… Un gestionnaire ne se lève pas le matin en se demandant comment il va faire chier son staff aujourd’hui… Certains… Mais certes pas la majorité… Loin de là … Il y a des contextes… Il y a des gens plus haut… Il y a des décideurs… Certains donneurs d’ordres qui ont des mauvais buts… Et ces gens ont été mis en place par votes… Mais sincèrement, je ne pense pas que dire aux jeunes que leur employeur va leur donner pour reprendre par la suite est une façon de les accueillir, de leur transmettre les valeurs et surtout leur faire prendre conscience de l’importance de leur rôle. On mélange les choses… Et si ce n’était de récentes décisions politiques, le SSIM était dans une voie de retour vers une certaine harmonie. Fragile certes mais il y avait un espoir et une volonté. Tout ceci s’est écroulé à partir de décisions POLITIQUES… Ceci dit, tu me répondras que je n’ai pas été à Montréal et que je parle au travers mon chapeau? C’est vrai que je ne l’ai pas été. Mais disons qu’au travers mes 22 ans de service, j’en ai vécu ma part, au niveau physique et psychologique. J’ai exécuté mon métier comme pompier, préventionniste, instructeur, lieutenant et maintenant comme gestionnaire… Et je connais des gens de tous les niveaux dans le SSIM et dans plusieurs autres services. Je sais qu’on ne réussira pas à faire notre travail en mélangeant convention collective, climat municipal et notre job envers ceux qui en ont besoin… Même si je suis d’accord pour dire qu’il y a des choses à faire changer dans les organisations et ce qui se passe au niveau politique. Mais ne faisant pas payer le prix des générations futures en leur transmettant NOS souffrances… Je ne fais pas de morale ici et je n’ai pas la prétention d’imposer ma vision… On discute… Mais faut trouver une façon de changer l’atmosphère… Je te souhaite une certaine paix pour la fin de ta carrière… Au plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *