Archives pour la catégorie Résidence personnes agées

Lettre à mes anciens confrères

La nuit du 9 juillet 2017 est une nuit d’horreur…  Le pire des cauchemars!  Une résidence de personnes âgées en feu…  Personne ne veut voir ça, personne ne veut imaginer ça. C’est arrivé…  Encore une fois…  Et ça arrivera encore…  Malgré les sorties publiques politiques, les cris, le dégoût, les montées de lait, les « ça n’a pas de bon sens! ».  Il y a eu des feux dans des résidences de personnes âgées et il y en aura d’autres…  Malgré les souhaits, les volontés fermes, les lois et les règlements. Mais ça c’est un autre débat…  Ce n’est pas l’objet de ma chronique.

9145618574cf44b5b208073cc00573eb_XL
Crédit de la photo Patrick Taillon Zone 911.com

Ce soir du 9 juillet 2017, Pompiers de Terrebonne, vous vous êtes dépassés…  Vous avez vu et vécu des événements et des émotions que plusieurs pompiers n’ont jamais vu ou vécu auparavant.  Une vision d’horreur…  Des décisions à prendre sur des fractions de seconde.  Des actions à exécuter « sur-le-champ ».  Non pas des jours à en parler en comités!  Non plus essayer de trouver « LA » meilleure façon de s’y prendre mais plutôt celle la plus rapide…  Car vous n’aviez pas le temps…  Évidemment si on vous avait appelé avant pour vous dire que le feu prendra à un endroit précis à une heure précise, en connaissant l’âge de chaque personne, leur condition médicale personnelle, leur degré d’autonomie, leur position dans le bâtiment…  Si on vous avait tout dit ça d’avance, on aurait pu faire des comités pour décider de la « meilleure » façon de s’y prendre…  Mais ce n’était pas le cas…

Vers 1h30 du matin, en pleine nuit, l’appel est entré dans les casernes : le feu est déjà pris…  Et vous avez eu à faire des choix…  Des choix qui sont allé au-delà des règles de santé-sécurité des travailleurs…  La gestion de risque…  On va risquer gros pour sauver la vie, on prendra des risques moyens et très calculés pour sauver les biens et les bâtiments, et on ne prendra aucun risque s’il n’y a rien à sauver ou si c’est trop tard.  Mais à votre arrivée ce n’était pas trop tard…  Mais ça pressait!  Malgré le feu qui prenait de l’ampleur, malgré la peur de ne pas savoir ce qui se passera dans les prochaines minutes, vous y êtes allés…

19095329_10213267309183154_467011941301122041_o

Crédit photo Radio-Canada

Je fais partie de ceux qui humblement pensent que notre travail est surglorifié…  La société ne cesse de nous associer à des héros…  Je dis souvent que ce job on le fait avec cœur, qu’on l’aime, que nous sommes formés et rémunérés pour le faire…  Que ce n’est pas une question d’être des héros…  Mais je dis aussi à chaque pompier qu’un jour ou l’autre, nous serons confrontés à donner ou faire quelque chose qui dépassera l’entendement…  « Tu dois te renseigner, te former, te tenir à jour mentalement et physiquement en sachant qu’un jour, tu auras à TOUT donner…  Au-delà des règles de santé-sécurité, au-delà de tes peurs, au bout de ta capacité physique et mentale…   Ce jour du 9 juillet 2017, ceux qui sont intervenus sur cet incendie ont eu à tout donner, à se dépasser…  Malheureusement une dame est décédée, certains autres blessés…  Et la majorité seront marqués à vie de cet événement,  tant victimes, que sauveteurs…  Cette nuit sera gravée dans les mémoires…  La douleur des brûlures, la perte d’un être cher,  la peur d’un autre événement similaire pour les victimes et les proches…

83f28d213f73f27f4f6f9f1abbf7baf3_XL

Crédit Photo Robert Lebreux Zone911.com

Le bonheur et la joie des sauvetages réussis pour les intervenants, mais aussi les doutes…  Affreux doutes qui restent : et si je m’y étais pris différemment?  Si j’avais pris un chemin différent?  Si j’avais fait telle ou telles actions, peut-être que « toutes » les personnes auraient été sauvées?  Ces questions qui seront un voile par-dessus la joie des sauvetages réussi…  Car on voudrais TOUS les sauver…

Je me répète : évidemment si on vous avait appelé avant pour vous dire que le feu prendra à un endroit précis à une heure précise, en connaissant l’âge de chaque personne, leur condition médicale personnelle, leur degré d’autonomie, leur position dans le bâtiment…  Si on vous avait tout dit ça d’avance, on aurait pu faire des comités pour décider de la « meilleure » façon de s’y prendre…  Mais ce n’était pas le cas…  L’appel est entré dans les casernes : le feu est déjà pris…  Et vous avez eu à faire des choix…

Pompiers de Terrebonne vous pouvez marcher la tête haute…  Vous avez dû en cette nuit du 9 juillet aller plus loin que vous n’auriez probablement jamais pensé aller vous-même…  Vous dépassez…  Prendre des risques et des décisions sans avoir le temps d’y réfléchir pendant des jours…  Quelques secondes, quelques minutes…  En tant qu’ancien confrère, je sais ce que cette nuit a pu représenter pour vous…  En fait non, cette situation je ne l’ai pas vécu…  Jamais…  Je ne peux que faire des liens avec d’autres situations vécues…  Et savoir que vous êtes allé au bout de vous-même…  Je vous félicite sincèrement.

Et si cette chronique est dédiée spécifiquement aux actions prises par les pompiers de Terrebonne, cela n’enlève rien à toutes les autres actions et efforts déployés par les employés de la résidence, les policiers, les paramédics, les autres services d’incendie qui sont venus prêter main-forte à un événement tragique…    Qui se répétera malheureusement…